L’Afrique en Capitale ouvre le bal demain ! @ Rabat, du 28 mars au 28 avril 2017

Du 28 mars au 28 avril, Rabat, Ville Lumière, Capitale Marocaine de la Culture, accueille un mois d’intenses d’activités culturelles : 36 temps forts dans quelque 18 lieux offrant un riche programme gratuit et accessible à tous. Des expositions d’arts plastiques et d’objets du patrimoine, des concerts de musique et des projections de films, des conférences et d’art urbain, seront au rendez-vous, sous forme d’un véritable parcours de découverte.

ART CONTEMPORAIN

Au cœur de la capitale, un premier parcours d’art contemporain relie les galeries Bab Rouah et Bab El Kébir dépendant du ministère de la Culture, les espaces d’exposition des Fondations ONA et CDG et le Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain.

GALERIE BAB ROUAH
« Exposition du Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden Marrakech :Macaal »
Du 28 mars au 23 avril 2017

GALERIE BAB EL KEBIR
« Regards croisés »
L’occasion de redécouvrir notre environnement dans l’objectif des artistes photographes africains…

VILLA DES ARTS
« Gaia à travers ses miroirs »
A travers cette exposition de peintures et d’installations, ces artistes représentent la terre dans tous ses états, pour lui rendre hommage et lui témoigner de leur lien fusionnel :
Ahmed Louardighi, Najia Mehadji, Abderrahim Yamou, Pierre Bodo, Jean Goba, Cheri Samba, Calixte Dakpogan, Gonzalo Mabundo, Fabrice Monteiro

ESPACE EXPRESSIONS CDG
« Étoffe des songes »
Pour la première fois au Maroc, une exposition d’œuvres inédites d’Abdoulaye Konaté : un dialogue avec le textile traditionnel marocain et les artisans de Fès.

MUSÉE MOHAMMED VI D’ART MODERNE & CONTEMPORAIN
« Un regard sur l’Afrique »
Un ensemble d’œuvres issues d’une collection privée unique offre une exploration originale des tendances de l’art contemporain africain.

« Présence Commune »
Les artistes Kouka Ntadi et Wahib Chehata réunis au sein du musée et sur le parvis, avec le soutien de la Fondation Montresso*, fruit d’une résidence au Jardin Rouge de Marrakech.

Wahib Chehata
Installé au Mali depuis 2014, le photographe d’origine tunisienne dévoile pour la première fois la série « Renaissance »

Kouka Ntadi
Peintre et artiste hip-hop congolo-français, il a fait du « Guerrier Bantu » le symbole de sa quête de liberté et d’identité.

« Hommage »
Un hommage à trois inspirants photographes qui se sont éteints : Malek Sidibé avec « Reportages maliens », Leila Alaoui avec « Les Marocains » ou encore Othmane Dilami avec « Les musiciens de la transe ».

PATRIMOINE

Deux autres expositions explorent également les richesses du patrimoine et des relations culturelles entre le Maroc et les pays du continent.

La Bibliothèque du Royaume du Maroc organise ainsi, en partenariat avec l’Institut des Etudes Africaines relevant de l’Université Mohammed V, et Barid Al-Maghrib, une exposition « Patrimoine », collection unique de manuscrits anciens révélant les subtilités de la calligraphie arabo-africaine, de cartographie et d’iconographie anciennes mais aussi de la philatélie du continent.

Le musée de Bank Al-Maghrib accueille, quant à lui, « L’Or de l’Afrique », passionnante exposition destinée à un large public qui retrace la longue et riche histoire des relations culturelles et commerciales entre le Maroc et l’autre rive du Sahara. L’objet des échanges est l’or ! Pour l’obtenir, les marchands marocains troquent les marchandises les plus variées : vêtements, objets ou lingots de cuivre, papier, maroquinerie, céramique mais également les cauris et surtout le sel…

CONFÉRENCES

Un cycle de conférences enrichira plus encore l’événement « L’Afrique en Capitale ». Des débats d’idées auront lieu chaque jeudi à l’auditorium du MMVI :

  • le 6 avril, « Journée d’étude sur le patrimoine commun en Afrique » initié par l’Université Mohamed V et l’Institut des Etudes Africaines au Musée Mohammed VI (MMVI) ;
  • le 13 avril, agora africaine « L’Afrique en mouvement : migrations, diaspora et mobilités » ; le 20 avril, salon littéraire « Voix de femmes », conférences organisés par le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) en partenariat avec l’Académie du Royaume du Maroc, l’Agence marocaine de la Coopération internationale et l’Université internationale de Rabat au MMVI ;
  • le 27 avril, hommage « Sur les traces de Léopold Sédar Senghor ». Cette dernière conférence est organisée à la prestigieuse Académie du Royaume du Maroc.

CINÉMA

Le monde du cinéma s’associe à l’événement pour célébrer la créativité cinématographique africaine. Le Festival des Ecoles de Cinéma est organisé par l’Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel et du Cinéma (ISMAC) en partenariat avec le CCM et le Ministère de la Communication avec comme objectif de renforcer la coordination entre les écoles spécialisées du continent. Un programme de master class et de tables rondes est proposé, ainsi que des hommages aux vétérans du cinéma africain et des projections de films du continent aux cinémas Renaissance et 7ème Art.

MUSIQUE

Parce qu’il n’y a pas de célébration africaine sans musique, deux grandes soirées sont organisées au Théâtre National Mohammed V. Pour la soirée inaugurale d’abord, avec le quintet musical et vocal JOKKO qui trace un trait d’union entre le Maroc, le Sénégal, le Mozambique et la Côte d’Ivoire. Les Marocains Foulane Bouhssine au Rebab et Mehdi Nassouli au chant et au guembri, le maître du balafon ivoirien Aly Keita, le Mozambicain Childo Tomas à la basse et le Sénégalais Sega Seck à la batterie nous entrainent dans un groove-funky et bouillonnant, où rythmes et langues se mêlent.

Pour la soirée de clôture, c’est Aziz Sahmaoui, fondateur de l’Orchestre National de Barbès (ONB) qui apportera les dernières notes. Avec sa nouvelle formation, l’University of Gnawa, il poursuit sa recherche de modernisation des musiques du Maghreb mixant gnaoua, chaâbi, jazz, fusion et hits africains…

Tout le long du mois, la Villa des Arts plongera également ses visiteurs dans le rythme avec un rendez-vous chaque vendredi soir avec des artistes africains installés au Maroc :

  • le 7 avril, Keso Ni Sisi, groupe d’artistes de Kinshasa, Brazzaville, Abidjan et de France, proposant un mélange jazz, afrobeat, reggae ;
  • le 14 avril, Africa Bégué, troupe de folklore sénégalais traditionnel ;
  • le 21 avril, Majid Bekkas African Project regroupant des artistes béninois, ivoiriens, marocains, français autour des sonorités d’Afrique profonde métissées en jazz raffiné ;
  • le 28 avril, Africa United, melting pot de musiciens marocco-comorien.

ART URBAIN

Dans une dynamique populaire, « L’Afrique en Capitale » a la volonté d’inscrire aussi ses actions dans l’espace public afin de susciter la curiosité de tous les citoyens. L’événement s’exprime « hors les murs » et « sur les murs » à travers la réalisation de fresques murales, une initiative mise en œuvre en partenariat avec la Fondation Montresso*, la galerie 38 et la Fondation CDG.

Cinq œuvres d’Art urbain s’afficheront donc sur les façades du MMVI (deux fresques de l’artiste ivoirien Médéric Turay), de la CDG (par le peintre allemand Hendrik Beikirch), de la BNRM (par le calligraphe marocain Tarek Benaoum), et de la caserne des pompiers, avenue de France (par le jeune artiste réunionnais Abeilone).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s