Review : Seconde édition de l’Atlas Electronic Festival à Marrakech, une édition reusite

Le festival s’est déroulé sur quatre jours, du jeudi 24 août au dimanche 27 Août 2017 pour sa seconde édition.  L’Amphithéâtre romain a été témoin d’une magnifique cérémonie d’ouverture avec un mélange d’actes vivants interculturels, mettant en vedette le pouvoir de la collaboration, le programme de cette première journée mettant en avant des sonorités orientales, Gnawa et rythmes traditionnels marocains. On se rappellera des performances des fusions de Boddhi Satva, ou de Philou Louzoulo, accompagnés de groupes Gnaoua et Dakka, tels que le Maalem Hamam ou le groupe BanaUne performance très attendue de Hieroglyphic Being en collaboration avec Youssef Chegra a été annulée de façon inattendue car le premier était trop malade pour attraper son vol, alors Chegra et son groupe ont rempli le slot en solo. Le jeudi a permis à l’audience majoritairement étrangère de se familiariser à la musique traditionnelle ainsi qu’avec le festival. Fatima Yamaha, le premier grand évènement de l’Atlas, suivé par un bon set de ESA. Ajoutons-y une pluie imprévue et un Habibi Funk, DJ et patron de la maison berlinoise, a joué des sets intermittents tout au long de la soirée d’ouverture, tout en gardant l’énergie en place en cours du changement du set-up pour les nombreux actes live de cette première nuit.

Malgré la frugalité du jeudi, il était clair, dès le lendemain, que le festival allait être un succès. Le deuxième jour a été marqué par un live funky hip-life/house show hors normes du goupe ATA KAK, ainsi que par deux sets magnifiques au rooftop stage piloté par RED LIGHT RADIO et a l’amphi stage du duo le duo Khidja, originaire de Bucarest, un DJ set House flirtant délicieusement avec la Techno de Harry Agius aka Midland Et pour une clôture en beauté, le co-fondateur du génial label Hessle Audio et figure de proue de Rinse FM, le dj anglais Ben UFO pour un set joyeux melting-pot, délicat épuré et super dansant. Sans oublier le passage du digger de cassettes le plus célèbre Awesome Tapes From Africa.

Dans une atmosphère chaleureusement, qu’entre leurs sets les artistes s’accordaient une pause dûment méritée pour discuter entre confrères, avec le public et pour se faufiler dans la peau d’un festivalier ordinaire et aller danser sur le dancefloor de la scène adjacente. On a donc eu le plaisir de voir VakulaSaoirse et Shanti Celeste s’éclater sur les sons de Tama SumoFloating Points, Khalil Riyahi, et C.love aka Zouyina, pour n’en citer que quelques-uns. Quatre jours de musique électronique dans tous ses états, Ils étaient plus de 50 artistes à tous nous faire planer entre classiques de la Detroit Techno, beats afro-électro et mélodies orientales, sur platines vinyles ou cds, à la flûte, ou encore à la darbouka et au Guembri. Une extase des sens.

L’Atlas n’a pas été avare envers la scène électronique marocaine, en présentant des DJs marocains sur plusieurs scènes. Driss Bennis et Kosh ont représenté fièrement le récent label Casa Voyager. On a aussi vu passer M.A.O.U., YasmeanBadr Khiyat (a.k.a. DexLeMaffo) ou encore, Sophia Moulay qui ont fait groover les festivaliers present avec leurs Sets.

Atlas Electronic est un festival de musique et d’arts de quatre jours qui célèbre non seulement la musique, mais le rassemblement de personnes de partout dans le monde. Sa liste compte non seulement des artistes électroniques contemporains, mais aussi des artistes africains du Maroc et d’ailleurs.

Plus que la musique, ce qu’on se remémore le plus une fois rentrés chez nous est l’atmosphère chaleureuse constante des festivaliers et de l’équipe. L’une des forces de l’Atlas est que c’est un festival qui sait ce qu’il est et comment il veut être : il y a des festivals où le public vient se défouler pendant des marathons de plusieurs jours (qui ont aussi leur charme), et l’Atlas où les gens dansent, se posent, échangent, discutent et sont globalement tous contents de participer à cette expérience. Atlas Electronic limite ses places et-ce, non pas par élitisme, mais pour garder une ambiance personnelle, toutefois collective. Un hôtel éco-friendly tout en étant luxueux, une programmation ambitieuse et variée, un public investi et chaleureux : une formule pleine de succès pour un festival qui a déjà confirmé sa 3e édition en 2018.

Atlas Electronic 2017 nous a bluffé pour sa deuxème édition, Tout était réuni pour qu’on passe un bon moment. Les artistes étaient au rendez-vous, le public était au rendez-vous. L’étiez-vous ? Si la réponse est négative, rejoignez le mouvement l’année prochaine. Pour information l’équipe de l’organisation vient de dévoiler officiellement les dates de son troisième chapitre qui se déroulera du 30 août au 2 septembre 2018 à la Villa Janna.

A la prochaine expérience du festival Atlas Electronic…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s