Le retour du Festival Atlas Electronic pour un quatrième chapitre du 29 Août au 01 Septembre 2019

Après trois premières éditions réussites, l’Atlas Electronic revient cette année pour un quatrième chapitre qui se tiendra du 29 Août au 01 Septembre 2019 au cœur de l’écolodge la Villa Janna, à la ville ocre « Marrakech », et qui s’annonce encore plus colossal.

Le festival qui avait ramené lors de ses trois premières éditions Floating Points, Bambounou, Call Super, DVS1, Bicep, Fatima Yamaha, Jamie XX, Secretsundaze et Gerd Janson, pour n’en citer que quelques-uns, vient de dévoiler les premiers noms de son quatrième édition.

Côté line-up musical, pour cette èdition, on remarque bien la diversité de la programmation, avec un accent particulier apporté sur le Maroc, le reste de l’Afrique et le Moyen-Orient.

Pour l’heure une soixantaine d’artistes ont été annoncés, le projet « James Holden & Maalem Houssam Guinia », Esa et « Kamaal Williams & Friends » feront leur grand retour, ce dernier prepare des surprises durant cette èdition tel que une scène secret « Black Focus Stage », Workshops et des After Parties, utilisez le code « AEKAMAAL » pour un accès exclusif. Ajoutez à cela les sélections marocaines Kosh, Driss Bennis, Guedra Guedra, ISSAM, MMMC, Polyswitch et Yasmean.

Découvrez le Line-Up de cette édition 2019 :

Beaucoup d’autres artistes, ainsi que des annonces importantes et des collaborations locales inédites vont bientôt être annoncés pour faire de cette quatrième édition une des plus magnifique à ce jour.

Grande nouveauté cette année, la plateforme londonienne Boiler Room est de retour à Marrakech après leur premier et dernier passage en 2014 à la ville ocre et au Maroc.

Boiler Room retransmettra des sets en direct depuis Atlas Electronic, offrant ainsi à sa communauté internationale d’amateurs de musique underground un aperçu de la nouvelle scène musicale marocaine, notamment avec des DJ marocains et divers spectacles live traditionnels et locaux.

Cette 4e èdition du Atlas Electronic Festival est sous le thème de « Moving Forward », l’organisation souhaite sensibiliser à la question de la mobilité, de ses restrictions et possibilités soulevés par les intervenants sur le terrain ainsi qu’aux solutions existantes. Vous trouverez ci-dessous le message de l’équipe du festival à propos de ce thème :

AE19: Moving Forward

Ever since humans as we know them have existed, they have migrated across the globe. This migration started a mere 200,000 years ago from the very continent that nowadays is facing the greatest limitations in its travel capacities: Africa. One can’t help but wonder how this has happened, why, and what effects this might have on the continent’s cultures.

When describing cultures, we think of the ideas, customs, and social behaviour of a particular people or society. These cultures are neither static nor constant but rather fluctuate over time changing through each interaction with other cultures and its people. We’ve seen this in the story of the Romany Gypsies as well as contemporary Western cultures – as people explore beyond their physical and mental borders they bring with them their stories, their music and their arts forever affecting their new environments leaving a lasting mark.

Although this might sound brilliant, we should not forget that travelling beyond your physical and mental territories is, for many, still a luxury. One that signifies independence and therefore freedom – freedom to move, freedom to speak, freedom to think.

While we find comfort in the idea of living in a so-called free world, a quick comparison of passports harshly shows us that truly free are those who own one of a First-World country. And that those born in the Third-World, are inclined to remain there.

However, the extent to which this institutionalized restriction on physical mobility impacts the creative fields – fields renowned for and associated with the freedom of creation, thought and speech – remains unclear. What is this divisive message that’s being spread through denied visa requests, discriminatory border controls and inefficient bureaucracies?

In our utopian quest for a creative playing field that is levelled out globally, we are going to try and find out exactly how this inequality in mobility shapes our cultural landscape. In the process of this research, we’ll explore the many facets of mobility which is not merely limited by the physical aspect but also encompasses the mobility of knowledge and financial mobility. We will take this opportunity to research the very infrastructures that allow for creative knowledge and free-thought to spread and the restrictions sabotaging it.

How has mobility and its restrictions shaped our cultural landscape? To what extent is this landscape a proper representation of its regions? What role does the internet play in facilitating the mobility of knowledge and therefore the shaping of culture? What can creators, curators, organizers and policymakers do to minimize the social gap within their communities maximizing financial and therefore creative mobility? In the months following up to Atlas Electronic’s fourth edition as well as during its programming in August 2019, we will reflect on these issues raised by people in the field along with existing solutions.

Source : Manifesto du Site officiel du Atlas Electronic Festival

In the future, we create together.

Pour en savoir plus sur le thème, les billets, le programme et d’autres contenus exclusifs de cette année, visitez le site web officiel du festival www.atlas-electronic.com.

Save the date !!

Découvrez le programme de la 14e édition du festival Jazzablanca, du 2 au 7 juillet 2019

Désormais établi en tant que festival majeur à Casablanca et au Maroc, le Festival de Jazzablanca en sera cette année à sa 14e édition du 2 au 7 juillet 2019.

Pour cette édition, 50 concerts sont au programme. Pendant 6 jours, les festivaliers ont rendez vous sur les scènes Village, Anfa et Jazz Club à l’hippodrome Casa-Anfa, et gratuitement sur la scène BMCI, à la Place des Nations-Unies.

La 14ème édition 2019 du festival Jazzablanca propose des concerts répartis sur quatre scènes et deux lieux. Les festivaliers auront ainsi rendez-vous à l’hippodrome Casa-Anfa dans trois scènes : Le Village, la scène Anfa et le Jazz Club. Ainsi à la Place des Nations-Unies, le festival offrira 6 jours de concerts gratuits.

Comme à son accoutumée, la scène Anfa accueillera les têtes d’affiche internationaux du festival :

Le public aura rendez-vous le mardi 2 juillet avec la formation écossaise Franz Ferdinand. Ce quatuor de rock / new-wave a été formé en 2002 à Glasgow, réconcilie le rock avec la dance-floor à travers des sonorités électro-groove qui portent vers des accents disco.

Mercredi 3 juillet, la scène Anfa accueillera l’emblématique Calypso Rose, pour célébrer la musique de carnaval, qui rappelle les plages des Antilles et les couleurs de Tobago. Du haut de ses 78 ans, Calypso Rose, fait forte impression sur scène.

Jeudi 4 juillet, c’est le chanteur britannique Michael Kiwanuka qui viendra produire. Ce phénomène soul britannique, avec son timbre de voix unique et son talent, il est considéré comme le digne héritier d’Otis Redding.

Metronomy, l’une de ses plus grosses têtes d’affiche, se produira le vendredi 5 juillet sur la scène Anfa. Le groupe anglais de musique électronique alternative, formé il y a 20 ans par Joseph Mount, est devenu mondialement connu avec son premier album “Nights Out”, sorti en 2008, qui comprenait les singles “Radio Ladio”, “Holiday” et surtout “Heartbreaker”.

Surnommé “Funky Music Man”, Maceo Parker, se produira pour le concert du samedi 6 juillet. Il est l’architecte du groove et le saxophoniste le plus samplé de l’histoire de la musique. Cet ancien leader de la section cuivre du Godfather James Brown.

Dimanche 7 juillet, le concert de clôture sur la scène Anfa sera sans doute un moment de grande « célébration » avec Al McKay’s Earth Wind & Fire Experience.

Le festival organisera aussi 12 concerts gratuits sur la scène BMCI installée place des Nations Unies :

Le musicien prodige Mehdi Nassouli, qui a collaboré avec de grands noms, ouvrira le bal le mardi 2 juillet.

Les 8 membres de la formation britannique Atlantic Soul Orchestra prendront le relais le mercredi 3 juillet. Originaire de Londres, le groupe est connu pour ses reprises d’artistes funk, soul et blues comme Marvin Gaye, Otis Redding, Wilson Pickett, Ray Charles ou encore Stevie Wonder.

Jeudi 4 juillet, c’est la formation française NoJazz qui proposera “un mix hypnotique” de swing et de musique électro, annoncent les organisateurs.

Le beatmaker et producteur de hip hop et de funk français Guts, qui s’était déjà produit l’année dernière à Jazzablanca, sera de retour le vendredi 5 juillet pour présenter son nouvel album afro-tropical “Philantropiques”, en compagnie des Akaras de Scoville.

Samedi 6 juillet, c’est le chanteur multi-instrumentiste Aziz Sahmaoui qui viendra chanter avec son University of Gnaoua, accompagnés de guembri, ngoni, mandole et guitare.

L’orchestre de cuivres américain Hypnotic Brass Ensemble se produira pour le concert de clôture, dimanche 7 juillet. Les neuf membres du groupe, dont huit sont les fils du trompettiste Phil Cohran, mêleront rythmes funk et rap subtil.

En plus de ces six têtes d’affiche, chaque soir, les premières parties des concerts seront assurées par des talents locaux marocains et africains, lauréats de l’appel à candidature, qui seront annoncés le mardi 23 avril.

Découvrez le programme par scène de cette édition 2019 :

Scène ANFA – 21H30

– Concert de Franz Ferdinand le Mardi 2 juillet

– Concert de Calypso Rose le Mercredi 3 juillet

Concert de Michael Kiwanuka le Jeudi 4 juillet

Concert de Metronomy le Vendredi 5 juillet

– Concert de Maceo Parker le Samedi 6 juillet

– Concert de Al McKay’s Earth Wind & Fire Experience le Dimanche 7 juillet

Scène BMCI – 21H00

– Concert de Mehdi Nassouli le Mardi 2 juillet

– Concert de Atlantic Soul Orchestra le Mercredi 3 juillet (se produiront également au Jazz Club le mardi 2 juillet)

– Concert de NoJazz le Jeudi 4 juillet

– Concert de Guts & Les Akaras de Scoville le Vendredi 5 juillet

– Concert de Aziz Sahmaoui & University of Gnawa le Samedi 6 juillet

– Concert de Hypnotic Brass Ensemble le Dimanche 7 juillet

Scène du Village à 19H30 et à 23H00 :

– Concert de Paolo Fresu Devil Quartet le Mardi 2 juillet

Concert de NoJazz le Mardi 2 juillet (se produiront également au Jazz Club le mercredi 3 juillet)

– Concert du duo polonais Obara-Wania (Maciej Obara et Dominik Wania) le Mercredi 3 juillet

– Concert de Judi Jackson le Mercredi 3 juillet

– Concert de Judi Jackson le Jeudi 4 juillet

– Concert de Guts & Les Akaras de Scoville le Jeudi 4 juillet

– Concert de Don Bryant & The Bo-Keys le Vendredi 5 juillet (se produiront également au Jazz Club le jeudi 4 juillet)

Concert de Hugh Coltman le Samedi 6 juillet

– Concert de Hypnotic Brass Ensemble le Samedi 6 juillet (se produiront également au Jazz Club le vendredi 5 juillet)

Concert de Adam Naas le Dimanche 7 juillet

– Concert de Mehdi Nassouli le Dimanche 7 juillet

Pour plus d’info, merci de visiter le site web officiel du Festival Jazzablanca