2ème édition de l’Oasis Festival 2016 : Un record de fréquentation // On y était : Lost In A Moment avec cette experience unique au Maroc

L’édition 2016 de l’Oasis Festival a eu lieu du 16 au 18 septembre. Cette année a été marquée par un record de fréquentation, plus de 3000 spectateurs, 4100 lors de la 2ème journée, un public composé de plus de 30 nationalités, des festivaliers venus des quatre coins du monde pour danser 3 jours durant et decouvrir ou (re-decouverir) l’ambiance de la ville ocre.

Les adeptes de l’électro ont trouvé leur bonheur avec un line-up de plus de 40 artistes/DJs de renom International sur deux scènes, une grande piscine, un cadre paradisiaque, des superbe jardin aux odeurs formidables et de nombreuses activités quotidiennes, tel que la peinture et des cours de yoga, méditation & réflexologie.

J’ai pris quelques photos. Et maintenant, je vous montre et je vous raconte.

dddddd

Jour1 :

Après un trajet mouvementé à quelques kilomètres de Marrakech, au bout d’une piste qui s’échappe de la route de l’Ourika, on arrive enfin sur le site du festival, le magnifique hôtel « The Source Music Resort ». Dans la queue, on sent les gens à la fois fébriles et impatients. Quelque chose me dit que cette année, on va avoir droit à du lourd et à pas mal de surprises.

A l’entrée une chouette mise en jambes avec Dolan Bergin, le fondateur et dirigeant de « Electric Minds » et « The Hydra », l’un des promoteurs les plus forts au Royaume-Uni, qui essuie les plâtres de la scène « The Oasis », Suivit par Midland. Vers 20h00, J’étais à la scène « The Arena », la magnifique scène intimiste situé à l’amphithéâtre de The Source, notre hero nationnal Amine K , DJ fondateur des soirées Moroko Loko, prend le contrôle avec un excellent set -full of sensation-, une sélection à la fois généreuse et explosive, suivit par un live set du grand David August, la sonorisation de cette scène était équipé par des Funktion-One sound system, une vrai finesse et puissance du son.

On rentre directement dans le vif du sujet, en zappant à la scène « The Oasis » avec Hun Choi plus connu sous le nom de Hunee, l’artiste atypique qui a enflamé les festivaliers avec un set plein de bombes disco et des perles house méconnues. Impressionnant. Minuit : l’heure des braves. Les Irlandais Bicep, ce duo formé de Matt McBriar et Andy Ferguson écrasent la scène sous une house de qualité, facile à digérer sans pour autant manquer de piquant. Vers 02h00 le co-founder d’Innervisions prend les commandes. L’esplanade se remplit et Dixon semble avoir trouvé le bon filon pour faire danser la foules jusqu’au premiere heure du matin pour une clôture magistrale.

ddd

Une première journée marquée par l’enthousiasme du public, la proximité, des personnes qui viennent d’ici et d’ailleurs, de belles personnes, des amateurs de techno, des curieux… Un environnement plaisant pour un moment plaisant. Une seule envie envahissait notre esprit, de quoi demain sera fait ? Que va-t-il se passer demain ? Nous n’étions pas les seuls à nous poser cette question.

Jour2 :

Un Day 2 commençait toujours aussi chaud en termes d’ambiance. En effet le parking était toujours envahi de festivaliers prêts à en découdre, d’une façon joyeuse bien-sûr, avec la techno et la house. A peine arrivés, les regards se recroisaient, « hey toi je t’ai déjà vu hier ».

La journée débute vers 16h00 sur la scène « The Oasis » avec un magnifique set du parrain Marocain des platines UNES suivit par le duo londoniens Eli & Fur dont la prestation avait été très remarquée pour la deuxième année consécutive.

dd

Vers 19h00, il est facile de remarquer qu’il y a plus de monde présent sur le site du festival, Speaking Minds était déjà en contrôle, le duo italien composé de Marco Paladin et de Simone Sinatti ont fait chauffer les platines de la scène « The Arena » suivit par le talentueux Red Rack’em. J’ai reçu ma plus grosse claque sonores de cette soirée de la part de The Black Madonna dont son set disco-house transporta l’intégralité des festivaliers sur cette scène dans un moment d’évasion, un moment de liberté, un moment de plaisir.

Chauffés par les précédents artistes, les festivaliers en voulaient toujours plus et ils en ont eu plus. George Fitzgerald et Leon Vynehall dans leur collaboration la plus sombre. Les deux ont uni leurs forces en b2b pour nous pondre un chef d’œuvre électronique sans nom, ou si Adventice. Une rigueur et une classe hors normes, impressionnant tout le public, interloquant la foule, ravissant les festivaliers.

dddd

Partant a la scène « The Oasis », C’est devant B.Traits que nous sommes tombés, suivit par un live de Rodriguez Jr, celui-ci nous a réellement bluffés avec une technique inhabituelle et un raisonnement musical très plaisant. Sur cette scène il y avait également Dusky, Maya Jane Coles, et Tale of Us qui ont met le feu juste avant le mix de la clôture de Derrick may au petit matin.

ddddd

Jour3 :

La fatigue se fait de plus en plus ressentir en ce début de troisième journée de festival, mais pas question de lever le pied, nous avons une longue journée et un beau lineup pour la cloture de ce magnifique festival, nous aurons le temps de dormir demain. Et quoi de mieux pour se réveiller qu’un set de Motor City Drum Ensemble, le prodige house de Stuttgart qui enchaîne sans temps mort sur la scène « The Oasis », faisant basculer ce debut de la dernière journée dans une vibe nettement plus weird et funky, voire presque pop par moments.

Keffieh, moustache bien taillée, lunettes de soleil, Warni Warni et claquements de main. Omar Souleyman a sorti sa panoplie aussi simple qu’addictive pour faire basculer dans la liesse le public du OASIS. Répétitifs et hypnotiques, les rythmes fous sortis du synthé ont eu le mérite de faire décoller l’ambiance du dernier soir du festival.

d

Parmi les noms marquants de cette dernière journé, on notera le live de la residente du Panorama Bar Virginia ft. Steffi & Dexter, Objekt, Steffi, Jennifer Cardini, Butch, Booka ShadeMano Le Tough et la légende du techno Jeff Mills pour une clôture épique. Une leçon, tout simplement.
c1c2

Il faut croire que cette 2e édition du festival Marrakchi de la musique électronique n’a fait que des heureux. Un succès expliqué en partie par la présence de grandes noms de la scène électronique, le lieu magique du festival et l’organisation professionnel et presque parfaite de l’événement.

Les marocains qui ont été parmi les festivaliers ont été super content que le Maroc et plus précisément Marrakech ont enfin un festival de cette qualité et de cette envergure.

L’Oasis Festival 2016 nous a bluffé pour sa deuxème édition. Les artistes étaient au rendez-vous, le public était au rendez-vous. L’étiez-vous ? Si la réponse est négative, rejoignez le mouvement l’année prochaine pour de folles aventures.

Merci à toute l’équipe de l’organisation pour leur professionnalisme et à la prochaine expérience du festival Oasis…

Retour en images sur cette 2ème édition du Festival OASIS Marrakech

11

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s